SCISSION

Publié le par Boualem Rabia


Une hirondelle m'a dit :
Seule je ne puis faire le printemps
Une fleur m'a dit
Seule je ne puis résister au vent
Un rossignol m'a dit
Seul je ne puis entonner le chant
Une abeille m'a dit
Seule je ne puis affronter tant de relents

Mais l'hirondelle ignore
Ce que lui reproche le printemps
La rose ignore
Pourquoi s'acharne le vent
Et le rossignol épouse la cause des Gitans
Il déguerpit du pays où s'est enroué le chant
Et les ailes engluées de sang
L'abeille veut prendre la clé des champs

Une étoile m'a dit :
Seule je ne puis orner le firmament
Un barde m'a dit
On a inhumé mon poème vivant
Mon aïeule m'a dit
En perdant mes mythes
Vous avez perdu et la source et l'effluent


Eborgnée
L'étoile est tombée du firmament
Humilié
Le barde maudit son poème d'antan
Ravalée
L'aïeule a renié sa fibule d'argent
Aliénée
Sa tribu a perdu et la voix et la raison

Un diadème m'a dit :
En égarant mes coraux
Je n'ai que faire même des diamants
Une voix m'a dit
Mon mutisme je me le suis infligé
En devenant vénale
Je me suis dérobée à l'appel du sang

Un cœur m'a dit :
On me fait de marbre
Et j'œuvre pour les tyrans
L'Algérie m'a dit
Je maudis votre oubli et ces temps
Et la progéniture de mes enfants
Ma conscience tonne
Les feux crépitent en mes cités félonnes
Où désormais
L'on paye sa vie de son sang

Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Je découvre votre blog avec ravissement --- merci pour ces poèmes superbes , que je relis avec plaisir -- vous avez un talent fou ! Toute mon amitié -- Douce-Abeille<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> C' est un poème magnifique ---A regarder autour de soi....on est interpelé par cette vie naturelle ---par les traces qu'ont laissé nos aïeux ....par le ciel .. tant de choses deviennent poétiques<br /> ....J' ai beaucoup apprécié cette poésie , si bien inspirée -- Bien amicalement--Douce-Abeille<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Monsieur Rabia,vous êtes un vrai poète qui n'a rien à envier aux monstres sacrés de la poésie française. Vous savez,il m'arrive souvent de lire vos poèmes et me dire Dieu merci,il existe encore des<br /> personnes qui savent versifier.<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Cher Boualem<br /> En lisant tes magnifiques poèmes, je me suis laisser aller plus de quarante années en arrière, à cette époque tu étais un enfant et déjà tu égayais et enrichissais nos soirées avec ta poésie, tes<br /> "icewikens", tes "one man show", ton dictionnaire des mots kabyles disparus du langage courant...A toi tout seul tu étais une véritable encyclopédie ouverte sur la culture berbère en générale et<br /> kabyle en particulier. Merci Boualem de nous replonger si agréablement et durablement dans nos racines.<br /> Menoun<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> Un ami m'a fait découvrir votre blog ! Quel superbe poème tout en sensibilité et ô combien de vérités y sont dites ! J'aime beaucoup votre manière d'écrire et ces images qui se dégagent de vos<br /> écrits. J'adore la poésie et si vous me permettiez de prendre -à mes fins personnelles- quelqu'uns de vos poèmes qui me plaisent le plus, vous feriez de moi une femme comblée ! Ces mots véhiculent<br /> tellement d'images et de sensations... que j'ai l'impression de connaître un peu votre pays. Merci et bonne continuation ! Je reviendrai souvent visiter votre site.<br /> Amicalement - Nanoulina.<br /> <br /> <br />
Répondre